« Anna cherche à associer des énergies, celle d’objets manufacturés à celle de matériaux de récupération industrielle. Au contenu effectif des objets de rebut, se mêle la dérision engendrée par ces chutes inutilisables d’acier noir ou d’inox. Sorties tout droit des découpes à laser des chaudronneries, ces dernières sont les déchets d’un quotidien industriel, les avortements incongrus, les laissés pour compte et pour mécompte d’une société mécanisée jusqu’à l’hypertrophie.
Ces objets ou sculptures sans échelle, décervelés, neutralisés, réduits à être les témoins passifs de leur nouveau statut, acquièrent, par le souvenir qui subsiste de leur forme, une séduction due à une innocence nouvelle. C’est ainsi, qu’elle le veuille ou non, qu’Anna Mano, par ses provocations de l’espace culturel, par des détournements de sens de ce qu’elle donne a voir, nous offre des programmes aigus de critique sociale, critique humoristique ou radicale de la société moderne.

Cette artiste, perturbatrice, nous intimide littéralement tant par ses objets insolites que par l’exploitation des chutes industrielles, derniers dégâts collatéraux de notre société.

Il y a de la magie, une coïncidence des magies dans ses créations et ce sont des baisers inapaisés qu’elle semble nous offrir en cadeau.  »

Dominique Imbert

 

Sculptures

 

 

 

Expositions

 

 

 

Performances

 

 

 

Installations

 

 

 

Scénographie

 

 

 

Mobilier

 

 

 

Anna Mano